Alphabétisation et éducation active

L’éducation en crise

Selon Jean-Pierre Pourtois (Université de Mons), notre système éducatif est traversé par les quatre crises qui marquent notre société contemporaine : crises du lien, du sens, du pouvoir et de l’éthique.

Ces quatre crises peuvent être décomposées en enjeux majeurs :

Le cloisonnement à l’intérieur du système éducatif et par rapport au milieu ambiant

Différents cloisonnements sont relevés : enseignants entre eux, école et monde extérieur, individus et collectivités, minorités et majorités, …

Un lien est à faire avec notre thématique « création de lien social » et l’importance des "réseaux".

L’accès à la culture et à l’éducation

Beaucoup de listes d’attente existent, pour les cours d’alpha notamment. De multiples raisons amènent à ce que certains ne puissent pas bénéficier des formations et cours proposés : listes d’attente, public trop marginalisé pour pouvoir être présent, outils inadaptés (ex : outils d’éducation à la paix difficiles à utiliser pour un public d’enseignement spécialisé), le choix d’une école oriente très tôt toute une vie, …

L’échec scolaire

La violence

Nous vivons dans une société qui valorise la compétition et la concurrence et où nous sommes amenés de plus en plus souvent à gérer la violence et l’agressivité.

La participation et les pratiques pédagogiques

Un autre enjeu est celui de la participation active et créative, qui n’est pas (plus) une priorité dans cette société qui nous pousse à consommer et non à être acteur.

La société de la connaissance, la privatisation de l’enseignement et et la marchandisation des cerveaux

Nous sommes actuellement dans une société de la connaissance et visons la construction de l’« Europe savante ». Ceci entraîne une marchandisation des cerveaux au détriment des « bras ». Les individus doivent connaître toujours plus (les langues, l’informatique, …). Les exigences deviennent de plus en plus importantes dans une société de plus en plus complexe. Nous sommes dans l’ère de l’intelligence et de l’exclusion.

Via des subsides spécifiques, des outils financés pas toujours innocemment, on assiste à une entrée douce dans l’enseignement du secteur économique. Il est important d’éveiller l’esprit critique des professionnels de l’éducation qui sont convoités de la sorte. La discussion est controversée sur l’emploi des manuels scolaires. Les sociétés d’édition convoitent ce marché juteux.

Nos objectifs

Pour dépasser ces crises du système éducatif, nous devons travailler non pas sur une pédagogie mais sur DES pédagogies.

L’échec scolaire ne veut pas toujours dire échec dans la vie. Les apprentissages de base sont importants mais ils doivent être associés dans différentes pédagogies. Ce qui semble essentiel est de donner du sens aux apprentissages.

Par rapport à toutes les missions périphériques confiées à l’enseignant par la société, il est important d’éveiller l’esprit critique de celui-ci.

Jusqu’où doit aller l’individualisation de l’enseignement ? Intégration, enfants à problèmes, quelle société veut-on par rapport à la différence et quelle aide apporte-t-on à l’enseignant ?

Dans nos activités, nous voulons développer ces différents aspects :

Enjeu transversal : créer du lien, donner du sens, éduquer au pouvoir des gens, retrouver la conscience éthique dans nos actions.

Le cloisonnement à l’intérieur du système éducatif et par rapport au milieu ambiant

Décloisonnement.
Ouverture sur le monde.
Intégration des écoles et groupes dans les quartiers.
Intégration intergénérationnelle.
Développer une culture d’école ou de collectivité.

L’accès à l’éducation

L’accès pour tous à l’éducation.
Vider les listes d’attente (cours d’alphabétisation, …)
Aller à la rencontre des publics marginalisés qui sont demandeurs.

L’échec

Réduire les inégalités.

La violence

Réduire l’exclusion.
Apprendre la gestion des conflits.
Education à la différence.

La participation et les pratiques pédagogiques

Viser la diversité des pratiques pédagogiques.
Multiplier, analyser et inventer les pratiques pédagogiques.
Utiliser des pratiques complémentaires.
Rendre les individus acteurs dans leurs projets d’apprentissage et de gestion du quotidien.

La société de la connaissance, la privatisation de l’enseignement et la marchandisation des cerveaux

Ne pas perdre de vue les objectifs de l’éducation qui ne sont pas au service de la société économique.
Ne pas toujours servir la tendance du monde industriel (emplois obligés, à court terme, …)