Newsletter Septembre 2010

Des nouvelles du Gaffi

L’année 2009-2010 fut riche en projets et ateliers dont les réalisations furent présentées lors de la rencontre multiculturelle de clôture d’année.

Atelier « Transformation de vêtements »

Créations de vêtements et d’accessoires à partir de la récupération et de la transformation de vêtements de seconde main, atelier encadré par Thésie Nsamba
Ce nouvel atelier a abouti à des créations étonnantes et inventives que nous avons pu découvrir, lors de la rencontre, portées par l’équipe du Gaffi. Malgré les réticences de certaines participantes, lors des premières séances, face à l’utilisation de vêtements déjà portés, l’atelier a tenu toutes ses promesses. Il a montré qu’à partir de vieux vêtements, il est possible de créer, imaginer, inventer des vêtements ou accessoires neufs : un pull devient une robe, deux jupes peuvent être assemblées pour n’en faire plus qu’une, un pantalon peut se transformer en jupe et en sac… tout en sensibilisant à la lutte contre le gaspillage et à des logiques alternatives de consommation durable.

« Mâles et autres traitances »

Spectacle issu de l’atelier d’expression et de création théâtrale dirigé par Jérémie Piolat. L’aventure de création théâtrale se poursuit. Le spectacle « Mâles et autres traitances » évolue et s’enrichit de nouvelles scènes. Gardant toujours en filigrane le thème de la maltraitance, les participantes continuent à s’inspirer de situations vécues pour nous livrer de nouvelles histoires mettant en lumière des relations de domination empreintes d’un racisme discret et subtil mais omniprésent.

« Apprendre la plume »

Publication de nouvelles de femmes en cours d’alphabétisation, accompagnées dans ce projet d’écriture par Delphine Petit. Les apprenantes du groupe Ecrit 4 ont participé à un atelier d’écriture hebdommadaire qui s’est déroulé durant six mois dans le cadre du cours de français. L’atelier a donné naissance à la réalisation d’un recueil. La réalisation de ce projet s’inscrit dans le projet "du café des parents aux sacs à lire : agir ensemble et précocement pour une meilleure scolarité des enfants". Ce vaste projet est initié par la crèche Atout Couleur. Delphine Petit nous raconte : "Notre contribution à ce projet, sous la forme de témoignages romancés, représente un défi majeur pour ces femmes qui ont vécu l’analphabétisme il n’y a pas si longtemps encore. Les récits qui composent ce recueil représentent , en effet, leur toute première réalisation écrite. Il en va de même pour les illustrations graphiques. Nous nous sommes inspirées des histoires qu’elles connaissaient de leur vécu et des messages qu’elles désiraient transmettre. Ensemble, nous avons choisi le thème à traiter et défini son contexte de départ. Sur base de ce prélude commun, chaque participante a développé et écrit individuellement sa propre histoire. Ainsi, la destinée des personnages s’est déclinée selon l’inspiration de chacune. « Apprendre la plume » a permis à ces femmes de franchir des limites, de se dépasser et de laisser une trace personnelle et authentique dans le monde de l’écrit."
PLus d’info contactez Delphine Petit : delphine-petit@hotmail.com

« Traces d’où je viens »



Fresques issues d’un atelier regroupant des femmes en alpha et animé par la peintre et dessinatrice Manuela Riozzi.
En s’inspirant de motifs et formes présents dans leur culture d’origine, une dizaine de femmes ont créé collectivement un ensemble de trois fresques en noir et blanc : partir de motifs qui caractérisent leur culture, rechercher des agencements, des rythmiques, des métissages, partager et transmettre les richesses culturelles dont elles sont porteuses, dévoiler leurs talents et découvrir leur pouvoir de création, telles furent les grandes étapes du processus qui les amenèrent à la création artistique, multiculturelle et collective.

« On ne demande jamais son âge à une dame »

Film d’atelier mené avec un groupe de femmes en alpha et animé par Céline Darmayan - projet mené en partenariat avec la Videp.
« Est-ce qu’on peut vous demander votre âge ? » En Europe, il est, parait-il, très impoli de poser cette question. Des femmes originaires d’ailleurs bousculent les cadres de politesse et nous offrent spontanément une nouvelle vision de l’âge. Là où des jeunes se sentent vieux et des vieux se sentent jeunes !

La démarche de construire un film, créé à partir d’un thème choisi de concert : la vieillesse, a conduit les participantes à se confronter à diverses cultures rencontrées au fil des recherches, des repérages, des tournages et du montage... Les apprentissages furent multiples : de l’apprentissage technique pour transmettre du contenu via une caméra, un micro jusqu’à sa transformation en film en passant par la définition de ce que l’on a à dire, comment le dire et pour qui. Le tout pour nous livrer, à travers un film, des regards sur une question universelle : le « devenir vieux ».
Toutes ces nouvelles réalisations trouveront, nous l’espérons, l’occasion en 2010-2011, d’être valorisées, portées vers l’extérieur, présentées, exposées, lors d’événements culturels et publics, au sein et à l’extérieur du Réseau Culture et Développement.