Agenda

Appel pour une charte internationale des droits économiques et sociaux des chômeurs

JPEG - 23.2 ko

Nous sommes les chômeurs de ce pays, jeunes de la révolution tunisienne, et colonne vertébrale de la mobilité sociale en Tunisie.

Nous croyons fort que le chômage n’est pas une fatalité, mais plutôt le résultat des choix et des politiques économiques, sociales et culturelles hostiles aux peuples qu’imposent les Fonds de Vol International, les Banques Mondiales et les institutions donatrices.

Ce sont des politiques que les pays capitalistes et les gouvernements les plus libéraux et sauvages imposent aux peuples.

Nous sommes aussi conscients de la diversité de la mobilité et de la protestation des chômeurs dans les pays du monde entier, vu la crise aigue et son extension lors de la misère qu’elle provoque.

Etant conscients aussi que le chômage prend un aspect international et mondial et va au-delà d’un seul pays, tout en s’inspirant de la charte de Porto Alegre et de la charte de l’occident des peuples, l’union des diplômés chômeurs en Tunisie invite tous les mouvements, les organisations, les associations et les individus de « L’occident des peuples », de la région « Orient occident » du monde entier, et toutes les forces militant pour le droit à l’emploi et la préservation de la dignité des chômeurs , à une assemblée d’échange au sein du Forum Social Mondial –Tunisie 2015 au campus universitaire Farhat Hached à El Manar, pour échanger les expériences, discuter, promulguer une charte internationale des droits économiques et sociaux des chômeurs, et pour examiner les possibilités de son adoption par les Nations Unies.

Par les diplômés chômeurs-Tunis

Pour plus de coordination et de consultation, contactez :
Aymen Mrad
Téléphone : + 216 53 803 820 - Email : aymen.mraa(at)gmail.com
adresse : 31 rue de la liberté 3ème étage N° 9 Tunis

Le lien sur le site du Forum Social Mondial 2015

Cet appel est relayé par le Comité de Vigilance pour la Démocratie en Tunisie (liège-Belgique)

La page Facebook du Comité de Vigilance pour la Démocratie en Tunisie